En mai, fais ce qu'il te plaît
Synopsis
En mai 1940, plusieurs millions de personnes quittent le nord de la France afin d'échapper à l'invasion allemande. Parmi eux, un Allemand ayant fui son pays part à la recherche de son fils, qui a pris la route aux côtés d'un groupe de fermiers.
Fiche technique
• Réalisation : Christian Carion
• Scénario : Andrew Bampfield, Christian Carion, Laure Irrmann
• Costumes : Sandrine Langen
• Photographie : Pierre Cottereau
• Musique : Ennio Morricone
• Montage : Laure Gardette
• Production : Philip Boëlffard, Christophe Rossignon
• Société de production : Pathé, Nord Ouest films
• Distribution : Pathé Distribution
• Budget : 15,2 millions d'euros
• Pays d'origine : France
• Langues originales : français, anglais, allemand
• Genre : guerre, drame
• Durée : 114 minutes
• Date de sortie : France : 4 novembre 2015
Distribution
• August Diehl : Hans
• Olivier Gourmet : Paul
• Mathilde Seigner : Mado
• Alice Isaaz : Suzanne
• Matthew Rhys : Percy
• Joshio Marlon : Max
• Laurent Gerra : Albert
• Jacques Bonnaffé : Roger
Genèse et développement
Le scénario est inspiré de l'exode de 1940 en France. En mai de la même année, l'armée allemande envahit la Belgique puis la France en passant par les Ardennes. Huit millions de Français quittent alors leur foyer pour migrer vers le sud. Le film a été tourné à l'été 2014 dans le Nord-Pas-de-Calais, notamment sur les routes situées aux alentours de village de Lebucquière, dans lequel le réalisateur passa une partie de son enfance2.
Le producteur Christophe Rossignon est un collaborateur de longue date du réalisateur Christian Carion : il a produit chacun de ses longs métrages depuis son premier, Une hirondelle a fait le printemps. L'ensemble des producteurs et les sociétés Pathé et Nord Ouest films ont alloué à Christian Carion et son équipe un budget de 15,2 millions d'euros, soit le cinquième plus gros budget du cinéma français en 2015.
Scénario
Pour écrire le scénario, Christian Carion s’est en partie inspiré de l’histoire de sa mère. Originaire de la ville de Cambrai, dans le Nord, celle-ci a pris la route de l'exode le 17 mai, comme les 8 millions de Français qui ont fui l’armée allemande, en mai 1940. Alors que le maréchal Pétain les assimilaient à des « fuyards », Carion estime au contraire qu’ils sont des « oubliés de l’histoire officielle », auxquels le cinéma s’est peu intéressé.
Afin de coller au mieux à la réalité historique, le réalisateur a recueilli de nombreux autres récits de personnes ayant vécu l’évènement. Il a pu les obtenir en lançant un appel à témoins, qui se présentait comme ceci :
« J'ai besoin de vous, de vos témoignages sur ces semaines où tout a basculé. Ce film sera le vôtre en quelque sorte car j'essaierai de me nourrir le mieux possible de ce que vos anciens ou vous-même avez gardé en mémoire ».
Distribution des rôles
En mai, fais ce qu'il te plaît marque la deuxième collaboration entre Christian Carion et Mathilde Seigner, après Une hirondelle a fait le printemps. Le réalisateur retrouve également August Diehl, qu'il avait précédemment dirigé dans Joyeux Noël. Celui-ci est d'origine allemande, comme le personnage qu'il interprète à l'écran. Matthew Rhys, lui, joue le rôle d'un soldat écossais, alors qu'il est en réalité originaire du Pays de Galles.
La Liste de mes envies
La Liste de mes envies est une comédie dramatique française, réalisée par Didier Le Pêcheur, sortie en 2014.
Elle est adaptée du roman de Grégoire Delacourt, La Liste de mes envies, paru en 2012.
Synopsis
Une modeste mercière habitant à Arras, Jocelyne, est la grande gagnante de la loterie Euro Millions, soit 18 547 301 euros et 28 centimes. Elle s'exprime sur son blog, « dixdoigtsdor », où elle fait part de ses états d'âme, s'étant rendue compte à quel point son existence en sera bouleversée. Elle fait alors la liste de ses envies, et décide de ne rien changer à sa vie, pour ne rien changer à son bonheur.
Fiche technique
• Titre original : La Liste de mes envies
• Réalisation : Didier Le Pêcheur
• Scénario : Didier le Pêcheur et Delphine Labouret
• Directeur de production : Philippe Saal
• Décors : Jean-Jacques Gernolle
• Costumes : Brigitte Calvet, Marie Calvet
• Photographie : Myriam Vinocour
• Son : Didier Saïn
• Montage : Christine Lucas-Navarro
• Musique : John Erik Kaada
• Production : Romain Le Grand
• Sociétés de production : Chabraque & Ryoan, Pathé Films
• Société de distribution : Pathé Distribution
• Pays d'origine : France
• Langue originale : français
• Format : couleur
• Genre : comédie dramatique
• Durée : 1h40
• Date de sortie : 28 mai 2014
Distribution
• Mathilde Seigner : Jocelyne Guerbette
• Marc Lavoine : Jocelyn Guerbette
• Tiphaine Haas : Nadine Guerbette
• Virginie Hocq : Danièle
• Frédérique Bel : Danièle
• Julien Boisselier : Jean-Luc
• Julie Ferrier : La psychologue d'Européenne des jeux
• Patrick Chesnais : Le père de Jocelyne
• Michel Vuillermoz : Le curé de la paroisse
• Cécile Rebboah : Mado
• Raphaël Lenglet : L'employé d'Européenne des jeux

Tournage
Les différentes scènes du film ont été tournées à Arras, Nice et Étretat, mais également à Paris dans les studios d'Epinay. La production s'est servie d'une vraie mercerie pour tourner les scènes extérieures mais en changeant le décor, mais aussi dans les bureaux de la société EDF (immeuble Spallis).
Pas son genre
Pas son genre est une comédie romantique française réalisée par Lucas Belvaux et sortie en 2014.
Il s'agit de l'adaptation du roman homonyme de Philippe Vilain, publié en 2011.
Synopsis
Clément, spécialiste de la philosophie allemande, est nommé comme professeur dans un lycée à Arras. Il considère cette mutation comme un purgatoire hors de son quartier parisien des universités. Jennifer, jeune mère célibataire, est employée dans un salon de coiffure. Son métier lui tient à cœur comme ses copines avec qui elle participe à des concours de karaoké.
Clément descend à l’hôtel pendant ses trois jours de cours à Arras, retournant vers Paris dès qu’il le peut. Célibataire n’arrivant pas à s’investir dans une relation, il décide de passer le temps en flirtant avec Jennifer. Malgré la différence entre le philosophe froid chez qui les sentiments semblent n’avoir pas de prise et la blonde coiffeuse pimpante, fan de magazines people, la relation s’installe, chacun découvrant l’univers de l’autre. L’un lisant à haute voix Kant, l’autre l’emmenant voir des films de Jennifer Aniston et danser en discothèque.
Fiche technique
• Réalisation : Lucas Belvaux
• Scénario : Lucas Belvaux d'après le roman éponyme de Philippe Vilain
• Photographie : Pierric Gantelmi d'Ille
• Montage : Ludo Troch
• Musique : Frédéric Vercheval
• Producteur : Patrick Quinet et Patrick Sobelman
o Coproducteur : Arlette Zylberberg
• Production : Agat Films & Cie, Artémis Production, France 3 Cinéma, RTBF et Belgacom
• Distribution : Diaphana Distribution et Films Distribution
• Pays d'origine : France
• Genre : Comédie romantique
• Durée : 111 minutes
• Dates de sortie : France : 30 avril 2014, Belgique : 7 mai 2014
Distribution
• Émilie Dequenne : Jennifer
• Loïc Corbery : Clément
• Sandra Nkaké : Cathy
• Charlotte Talpaert : Nolwenn
• Anne Coesens : Hélène Pasquier-Legrand
• Daniela Bisconti : Mme Bortolin
• Didier Sandre : le père de Clément
• Martine Chevallier : la mère de Clément
• Annelise Hesme : Isabelle
• Amira Casar : Marie
• Florian Thiriet : Johan Bortolin
• Philippe Le Guay : le modérateur
• Philippe Vilain : Philippe
• Manuel Carcassonne : l'homme de la cinémathèque
• Jacky Detaille : le chanteur de karaoké
• Tiffany Coulombel : la baby-sitter
Récompenses
• Festival du film de Cabourg 2014 : Swann d’or du meilleur film, de la meilleure actrice et du meilleur acteur
• Magritte 2015 :
o Meilleur scénario original ou adaptation
o Meilleure actrice
o Meilleur son
Nominations et sélections
• Festival international du film de Toronto 2014 : sélection « Contemporary World Cinema »
• Césars 2015 :
o Meilleure actrice pour Émilie Dequenne
o Meilleure adaptation
Pas de scandale
Voir la vidéo
Synopsis
Comme quelques-uns de ses pairs, Grégoire Jeancour, grand patron d'industrie, vient de se retrouver en prison. A sa sortie, il retrouve ses enfants, sa femme, son frère Louis. Mais est-ce le même homme ?
Fiche technique
• Réalisation : Benoît Jacquot
• Année de production : 1998
• Date de sortie : 20 octobre 1999
• Genre : Comédie dramatique
• Durée : 01h45min
• Distributeur : Pathé Distribution
• Disponible en DVD depuis le : 18 octobre 2000
Distribution
• Vincent Lindon
• Fabrice Luchini
• Isabelle Huppert
• Thérèse Liotard
Laisse aller, c'est une valse
Laisse aller, c'est une valse est une comédie policière française réalisée par Georges Lautner.
Synopsis
Serge Aubin vient de passer trois ans en prison pour vol de bijoux. Dénoncé par sa femme Clara, il décide de se venger et l'enlève avec l'aide de Michel, un ami. Clara ne tarde pas à se réconcilier avec son mari. Mais des tueurs, désireux de récupérer les bijoux, sont à leurs trousses...
Fiche technique
• Réalisation : Georges Lautner
• Scénario : Bertrand Blier
• Dialogues : Bertrand Blier, Georges Lautner
• Producteur : Alain Poiré
• Musique : Philippe Sarde
• Directeur de la photographie : Maurice Fellous
• Décors : Jean d'Eaubonne
• Année : 1971
• Durée : 1h40
• Genre : Comédie policière
• Date de sortie : 7 avril 1971
Distribution
• Jean Yanne : Serge Aubin
• Mireille Darc : Carla
• Michel Constantin : Michel
• Bernard Blier : Le commissaire
• Nanni Loy : Charles Varèse
• Rufus : Mr Fairclouth, le professeur d'anglais
• Coluche : Le barman
• Paul Préboist : Pérollas, le pompiste
• Philippe Castelli : Le directeur de la prison
• Daniel Prévost : Pierre
• Jean-Michel Ribes : Carlo
• Jess Hahn: Kongo, La brute américaine
• Venantino Venantini
• Philippe Khorsand
• Guy Delorme
• Jean-Pierre Bertrand
Secrets de tournage
Jean-Michel Ribes, à qui on demandait en 2006 si « Cœurs » d'Alain Resnais était sa première adaptation pour le cinéma, a confié : "Oui, si l'on excepte mes propres scénarios tirés parfois de mes pièces et quelques travaux de "nègre", si on est franc, ou de "script doctor", si on est prétentieux. Quand j'étais tout jeune, j'ai par exemple réécrit en douce pour Georges Lautner le scénario de « Laisse aller, c'est une valse » ».
L'Aveu
L'Aveu est un film français de Costa-Gavras, réalisé en 1970.
Voir la vidéo (version française)
Voir la vidéo (version allemande)
Synopsis
D'après le livre d'Arthur London.
À Prague, en 1951, un haut responsable politique tchécoslovaque se retrouve accusé d'espionnage au profit des États-Unis. Tout est fait pour lui extorquer des aveux de crimes qu'il n'a pas commis. Brisé par la torture (on l'empêche de dormir et de s'arrêter de marcher) il finit par avouer au tribunal des crimes qu'il n'a pas commis en récitant un texte d'aveux que ses bourreaux lui ont fait apprendre par cœur. Après sa réhabilitation en 1956, il émigre vers la France et, s'il condamne le stalinisme, il reste fidèle à l'idéal communiste de sa jeunesse.
Fiche technique
• Titre : L'Aveu
• Réalisation : Costa-Gavras
• Scénario : Jorge Semprún, d'après le livre d'Artur London
• Musique : Giovanni Fusco
• Durée : 140 minutes (2h20)
Distribution
• Yves Montand : Gérard
• Simone Signoret : Lise
• Michel Vitold : Smola
• Gabriele Ferzetti : Kohoutek
• Jean Bouise : Le directeur d'usine
Commentaire
C'est lors du montage de Z, au cours du dîner de Noël, que, Claude Lanzmann parle à Costa-Gavras de Lise et Artur London qui avait été vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie et était un des trois rescapés des procès de Prague qui s'étaient tenus en 1952. Beaucoup d'intellectuels de sa génération s'étaient enthousiasmés pour le communisme parce qu'il leur semblait ouvrir des perspectives formidables, jusqu'à ce que, peu à peu, il y ait une prise de conscience de l'envers du décor. Yves Montand, ancien compagnon de route du Parti communiste, adhère aussi au projet et les financements se débloquent grâce au succès de Z.
Il fut reproché à Costa-Gavras d'attaquer la droite (dans Z) puis la gauche, alors qu'il ne voulait que dénoncer les totalitarismes. Certaines personnes ne lui pardonnèrent pas d'avoir levé le voile sur le stalinisme et l'évitaient ostensiblement. Le film a connu un succès considérable et devint un véritable phénomène politique et culturel qui a bouleversé son époque.
Autour du film
Le film se termine sur un plan montrant deux jeunes gens en train d'écrire à la peinture sur un mur : « Lénine, réveille-toi ! Ils sont devenus fous. »
En savoir plus sur "L'Aveu"
2ème volet de la trilogie politique de Costa-Gavras, composé également de Z (1969) et de Etat de siège (1973). Ces 3 films, en dehors du fait qu'ils soient excellents au point de devenir des classiques et d'avoir récolter de nombreuses récompenses, partagent de nombreux autres points communs :
- tous parlent de pays où règne (ou a régné) une dictature qui y est dénoncée et dans laquelle les Etats-Unis sont impliqués.
- ils ont tous 3 pour réalisateur Costa-Gavras, pour scénariste Jorge Semprun, pour producteur Jacques Perrin en raison notamment de la frilosité des maisons de productions face aux thèmes abordés, et pour interprète central Yves Montand dont le personnage connaît dans chacun des films un triste sort.

Le film a été tourné en France, principalement à Lille et en partie dans la ville de Roubaix, dans le département du Nord.

La scène illustrée ici est censée se dérouler à Prague mais a été tournée sur la Grand Place d’Arras chef lieu du département du Pas-de-Calais.
Distribution France de "L'Aveu"
VALORIA FILMS
Sociétés de production de "L'Aveu"
Fono Roma - Les Films Corona - Les Films Pomereu - PIC - Selenia Cinematografica